Le Calice / Beth Carlington

le-calice

En vente sur Amazon

Une très belle découverte, l’écriture est simple, belle, la lecture est fluide, le thème du Calice est très bien abordé version Vampire.

Trois petites histoires, le caractère commun l’amour, la possession, l’attirance, le sexe, le sang, toute la définition du Calice au sein de la communauté vampire.

La première histoire se passe à Milan, un vampire de la haute société craque pour un Panthera (genre de Loup Garou) lors d’une chasse ou celui-ci était la proie. Il lui propose alors d’être son Calice, mais rien ne va se passer comme prévu ….

La deuxième histoire se passe à Tokyo, deux garçons qui on tissés de forts liens d’amitié suite à la mort de leur amie commun, plusieurs années plus tard Hiro découvre alors que son fidèle ami Maru n’est autre qu’un vampire, lorsque Maru demande à Hiro de devenir son Calice Hiro ne réfléchit pas et accepte. Mais quelque chose se cache au fond de Hiro, quelque chose de sombre va resurgir …

La troisième histoire est celle de Arsalan recueilli lors de ses dix ans par Seth et qui sera initié à l’art de la guerre. Lors de la guerre en Irak, essuyant les balles, il découvre que Seth est un vampire mais garde le secret pour lui, jusqu’à ce que Seth soit gravement blessé et que pour lui sauver la vie mais aussi par amour, il doit devenir son Calice.

Résumé : 

Les rayons des librairies et des bibliothèques croulent sous les histoires de vampires. Même la télévision et le cinéma ont leurs stars aux dents longues. Des plus connues, Dracula, Twillight, Entretien avec un vampire, ou encore True Blood, aux plus anonymes, chaque auteur a sa vision du mythe.
Ce mythe, amené à la connaissance populaire par Bram Stocker avec son classique du genre « Dracula », naît dans les montagnes sombres des pays slaves. On retrouve dès le Moyen Âge des histoires de mort-vivants, mais aussi de créatures magiques, prédateurs naturels des bons humains chrétiens, les upirs. Ces créatures du folklore slave ne sont pas des morts vivants, mais bel et bien une espèce à part, qui rodent autour de nous, nuit et jour.
Alors… Qui croire ? Qui détient la vérité sur ce qu’est un vampire ? Est-ce bien utile de répondre à cette question ? À chaque auteur de définir sa propre vision et de contribuer à la culture populaire.
Quant est-il alors de ces humains qui tournent la tête de ces créatures, pas forcément vivantes, mais toujours immortelles ? Ces Mina Murray et autres Bella qui font oublier à ces terrifiantes créatures leur instinct de mort.
Une légende urbaine louvoie à la lisière du mythe : celui, si biblique, du Calice. Ce Graal vampirique qui veut qu’à chaque vampire échoie un humain qui sera son unique amour et son unique source de nourriture. Un être dont le sang si parfait comblerait chaque instinct de la ténébreuse créature et dont le cœur et l’âme leur amèneraient un peu d’humanité.

Livraddict : maman-tu-lis-quoi
Facebook : Maman-tu-lis-quoi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s