Les assistantes / Camille Perri

Les assistantes Camille Perri
Editions Denoël 336 pages

Mon avis :

Je reste très perplexe à cette lecture. Entre vérités et gros clichés.

Ce que j’ai aimée dans ce roman, c’est l’exactitude du métier d’assistante, lorsque Tina nous dit qu’elle connait tout de la vie privée et professionnelle de son patron, je la comprends tout à fait, jongler avec plusieurs agendas pour un salaire pas très glorieux.

La situation, je ne sais pas si je dois rire ou pleurer. Pour faire gros, elle se retrouve à devoir payer une réservation d’avion pour son patron avec sa carte personnelle, elle fait une note de frais, la compagnie aérienne se rend compte de qui est son passager et décide de la rembourser à titre commercial, plusieurs jours plus tard elle reçoit un chèque de remboursement de frais de son entreprise. Elle l’encaisse alors pour rembourser son prêt étudiant, à partir de là, c’est du grand n’importe quoi. L’assistante de la personne qui valide les notes de frais s’en aperçoit, elle lui fait du chantage, elle fait alors de fausses notes de frais pour rembourser le prêt étudiant de celle-ci. Une personne en haut lieu s’en aperçoit et leur fait du chantage ….

Et surtout le gros cliché qui m’a le plus gênée et je ne sais pas pourquoi je suis resté bloqué dessus, « Les cheveux bruns de Kevin avaient l’air si épais et si pleins de vigueur sous l’élégant éclairage du restaurant que je dus me maîtriser pour ne pas tendre le bras et y passer la main. Je me demandais quel shampoing il utilisait…Ce devait être un produit sans sulfate ni parabène …. Ses dents étaient blanches et propres, et parfaitement alignées. J’aurais pu le regarder manger pendant des heures. » A ce moment-là j’ai vraiment cru que j’allais me pendre, mais dans quel monde une femme en plein rendez-vous ce fait ce genre de réflexions.

Et pire, « Ses mains étaient plus douces que les miennes, sans plaisanter. Et elles sentaient …..Drakkar Noir ? Ne lui avait-on jamais dit que c’était le parfum des mecs de toutes les filles en quatrième ?  » Mais soit c’est moi, mais qui renifle les mains de son rendez-vous et en reconnait le parfum ?

Mise à part la part un peu « fin heureuse » je suis bien déçue de ce roman.

Résumé : 

Elle, c’est Tina, l’assistante idéale. Zélée et discrète. Lui, c’est le boss. Il est puissant et charismatique, profitant sans scrupule du système. Un beau jour, Tina ouvre les yeux et comprend que respecter les règles ne la mènera pas bien loin. Tina Fontana, trente-deux ans, est l’assistante du très influent Robert Barlow, PDG de Titan Corp. Discrète, efficace et futée, elle est très appréciée de son célèbre patron. Mais après six années à prendre des rendez-vous et à servir des verres de vin qui valent dix fois son loyer, tout le glamour qui auréolait son travail s’est évanoui, contrairement à la charge de son prêt étudiant qui, elle, va crescendo. Mais voici qu’une erreur comptable offre à Tina l’occasion de se libérer de sa dette. Elle a toujours respecté les règles, mais là sa vie pourrait changer radicalement… Et si c’était son tour de devenir riche?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s